Home » News » Press Releases » “Hard work remains to correct decades of climate injustice”, says Least Developed Countries (LDC) Group ahead of the Bonn climate conference

“Hard work remains to correct decades of climate injustice”, says Least Developed Countries (LDC) Group ahead of the Bonn climate conference

Date: 05 June 2023

5 June 2023, Bonn, Germany – “The success of COP28 hinges on progress achieved at this Bonn conference. We have to lay the foundations for a COP28 decision that leads to the curbing of global emissions in line with the 1.5°C target and increased funds provided to our countries so we can address the impacts of climate change.” said Ms Madeleine Diouf Sarr, Chair of the Least Developed Countries Group in UN climate change negotiations.

On the Global Stocktake, she said, “Bonn is the final opportunity for technical discussions that will inform the Global Stocktake output at COP28. We are transitioning to the political phase in the lead up to COP28. The Global Stocktake must lead to increased ambition and scaled-up climate finance, to put us on the path to limiting warming to 1.5°C.” 

“Beyond COP28 it is vital that we follow up on this work. Transparency on progress across the pillars of the Paris Agreement will allow us to really see where accelerated action is needed in this critical decade for climate action. We cannot afford to be without the information that shows where gaps remain on adaptation, mitigation, loss and damage and future support. We expect an update from the high-level committee on the next steps.”

“We are also concerned that at the moment considerations of loss and damage are being folded in with adaptation through the global stocktake process, which is not giving this critical issue the space for discussion it needs. Loss and damage is a central pillar under the Paris Agreement, and conflating it with adaptation would set back the progress achieved last year in Sharm El-Sheikh”

On loss and damage, a key priority for the LDC Group, Ms. Diouf Sarr said: “Our people are suffering as a consequence of the emissions of others. Our governments are already footing the bill for loss and damage. This is not equitable and is why new funding to address loss and damage is critical. Hard work remains to correct decades of climate injustice, the new Loss and Damage fund needs to be operationalized this year.”

Focusing on the significance of adaptation, she added: “The IPCC Synthesis Report reminded us that the world is not adapting fast enough to climate change – some limits to adaptation have already been reached. To address this crisis, the establishment of a comprehensive framework to achieve the Global Goal on Adaptation is of paramount importance. 

“Though we cannot adapt our way out of climate change, increased adaptation funding is an absolute necessity for the survival of our communities.” 

Turning her attention to mitigation, Ms. Diouf Sarr said: “Limiting global average temperature increase is a shared responsibility, but the burden remains unfairly distributed. Each country must do their fair share to significantly cut emissions this decade. The commitment to the 1.5°C goal should not be mere rhetoric, we need to see countries come back to the table with revised 2030 climate targets in line with 1.5°C this year, as they promised to do in the Glasgow Climate Pact .” 

Highlighting the paramount importance of climate finance, she said “Finance is the key to unlocking the potential of our countries to meet the challenges of climate change. Despite repeated calls, there is still a huge gap between funds needed and those provided.”  

“We need to see a substantial increase in climate finance so our countries can address climate change on all fronts, and it must come in the form of grants, not loans. We cannot bear more debt in our pursuit of climate justice.” 

“It is imperative that the long-standing commitment of $100 billion per year is not only met but exceeded to rectify the shortfalls of the past and meet the escalating needs resulting from delayed action.”

In Bonn, deliberations will continue on a new climate finance goal for 2025 and beyond. “The new finance goal must reflect the actual needs of our countries to address climate change, and that means funding at another order of magnitude”, said Ms. Diouf Sarr.  

“Our hopes for COP28 are pinned on the decisions and progress made here in Bonn. Firm commitments and decisive actions will pave the way for success at COP28, and indeed, for the future of our planet and people.” 

Background information  

The Least Developed Countries Group is made up of 46 countries across Africa, the Asia-Pacific and the Caribbean, with a joint population of over one billion people. Incredibly vulnerable to environmental and economic shocks, and disproportionately affected by the climate crisis, our countries negotiate together as a bloc at UN climate talks to advance our shared interest of a fair and ambitious global response to climate change.  

Madeleine Diouf Sarr is the current Chair of the Least Developed Countries Group, and the Head of the Climate Change Division in Senegal’s Ministry of Environment and Sustainable Development. 

The Bonn Climate Change Conference is a meeting of parties to the UNFCCC (United Nations Framework Convention on Climate Change) in Bonn, Germany from 5th to 15th of June 2023. It will be the 58th meeting of the UNFCCC Subsidiary Bodies or ‘SB58’, aimed to advance discussions and decisions on the global response to the climate crisis.  

The 2nd Glasgow Dialogue will be held during the Bonn Climate Change Conference, serving as an opportunity to discuss how the loss and damage fund will be operationalised. The LDC Group expects the Glasgow Dialogue to provide a rich outcome which can inform the Transitional Committee (tasked with making recommendations on the operationalisation of the new loss and damage fund for consideration and adoption at COP28). 

The third and final ‘technical dialogue’ of the first global stocktake (GST) will also be held in Bonn. The GST is a two-year process that happens every 5 years to assess the collective progress towards achieving the purpose of the Paris Agreement and its long-term goals. A key ambition-ratcheting mechanism of the Paris Agreement, it is designed to inform future national climate commitments.  Following its information collection and technical assessment phase, the first GST will end at COP28 in the United Arab Emirates with parties considering its output. The third technical dialogue in Bonn provides a final opportunity for parties and relevant stakeholders to provide inputs to the process and shape its outcome.  The 6th workshop under the Global Goal on Adaptation (GGA) Work Programme, scheduled for June 4th and 5th, offers an invaluable opportunity to deepen our understanding of the GGA framework by providing space to refine target-setting, metrics, methodologies, and indicators tied to the GGA as well as explore the means of achieving the GGA objectives. The LDC Group hopes that this workshop will have fruitful outcomes and will pave the way for a comprehensive GGA Framework to be adopted at COP28.

***

“Il reste beaucoup à faire pour corriger des décennies d’injustice climatique”, déclare le Groupe des pays les moins avancés (PMA) à la veille de la conférence de Bonn sur le climat

5 juin 2023, Bonn, Allemagne “Le succès de la COP 28 repose sur les progrès réalisés lors de cette conférence de Bonn. Nous devons jeter les bases d’une décision à la COP 28 qui facilite la réduction des émissions mondiales conformément à l’objectif de 1,5°C et à un meilleur accès à la finance climatique à nos pays afin que nous puissions faire face aux impacts du changement climatique”, a déclaré Mme Madeleine Diouf Sarr, Présidente du Groupe des Pays les Moins Avancés dans les négociations de l’ONU sur le changement climatique. 

En ce qui concerne le Bilan mondial, elle a déclaré : “Bonn est la dernière occasion de mener des discussions techniques qui alimenteront la phase politique du bilan mondial d’ici à la COP 28. Le Bilan mondial doit déboucher sur une ambition accrue et un financement climatique plus important, afin de nous mettre sur la voie d’une limitation du réchauffement à 1,5 °C.”

“Au-delà de la COP 28, il sera essentiel d’assurer un suivi des progrès réalisés au regard des piliers de l’Accord de Paris afin de nous permettre de voir réellement les opportunités offertes de relèvement de l’ambition climatique. Il sera, ainsi, crucial de disposer d’informations sur les lacunes en matière d’adaptation, d’atténuation, de pertes et préjudices et de moyen de mise en œuvre. Les prochaines étapes du segment de haut niveau nous édifieront sur ce sujet.”.

“Nous sommes également préoccupés par le fait qu’à l’heure actuelle, les considérations relatives aux pertes et  préjudices soient diluées dans l’adaptation, dans le cadre du processus du Bilan mondial. Cette situation ne permet pas une prise en charge appropriée de la question des pertes et préjudices, qui est un pilier central de l’Accord de Paris.  Il sera impératif d’éviter de considérer cette question des pertes et préjudices avec l’adaptation, au risque de faire reculer les progrès réalisés l’année dernière à Sharm El-Sheikh (Egypte)”

En ce qui concerne les pertes et préjudices, une priorité essentielle pour le groupe des PMA, Mme Madeleine Diouf SARR a déclaré : “Nos populations souffrent des conséquences des émissions produites par les pays développés. Nos gouvernements payent déjà la facture des pertes et préjudices. Cette situation n’est pas équitable ; c’est pourquoi il est essentiel de trouver de nouveaux financements pour faire face aux pertes et aux préjudices. Il reste beaucoup à faire pour corriger des décennies d’injustice climatique ; le nouveau fonds pour les pertes et préjudices doit impérativement  être opérationnel cette année.”

Se concentrant sur l’importance de l’adaptation, elle a ajouté : “Le Rapport de synthèse du GIEC nous a rappelé que le monde ne s’adapte pas assez rapidement au changement climatique – certaines limites à l’adaptation ont déjà été atteintes. Pour faire face à cette crise, la mise en place d’un cadre global permettant d’atteindre l’Objectif mondial d’adaptation est d’une importance capitale.”

“Egalement, il reste acquis que l’augmentation du financement de l’adaptation constitue une nécessité absolue pour la survie de nos communautés.”

En ce qui concerne l’atténuation, Mme Diouf  SARR a déclaré : “Limiter l’augmentation de la température moyenne mondiale est une responsabilité mondiale partagée, mais le fardeau reste injustement réparti. Chaque pays doit faire sa juste part pour réduire de manière significative les émissions au cours de cette décennie. L’engagement en faveur de l’objectif de 1,5 °C ne doit pas être un simple slogan. Nous devons voir les pays revenir à la table des négociations cette année avec des objectifs climatiques révisés pour 2030, conformément à l’objectif de 1,5 °C, comme ils l’ont promis dans le pacte de Glasgow sur le climat.”

Soulignant l’importance primordiale du financement de la lutte contre le changement climatique, elle a déclaré : “Le financement est la clé pour libérer le potentiel de nos pays à relever les défis du changement climatique. Malgré des appels répétés, il existe toujours un écart considérable entre les fonds nécessaires et ceux effectivement reçus.”

“Nous avons besoin d’une augmentation substantielle du financement de la lutte contre le changement climatique pour que nos pays puissent s’attaquer à ce problème sur tous les fronts. Cette augmentation doit se faire sous forme de subventions et non de prêts. Nous ne pouvons pas endosser davantage de dettes dans notre quête de justice climatique.”

“Il est impératif que l’engagement, de longue date, de 100 milliards de dollars par an soit non seulement respecté, mais dépassé afin de remédier aux insuffisances du passé et de répondre aux besoins croissants résultant d’une action tardive.”

À Bonn, les délibérations se poursuivront sur un nouvel objectif de financement climatique pour 2025 et au-delà. “Le nouvel objectif de financement doit refléter les besoins réels de nos pays en matière de lutte contre le changement climatique, et cela suppose un financement d’un autre ordre de grandeur”, a déclaré Mme Diouf Sarr.

“Nos espoirs pour la COP 28 reposent sur les décisions et les progrès réalisés ici à Bonn. Des engagements fermes et des actions décisives ouvriront la voie au succès de la COP 28 et, par conséquent, à l’avenir de notre planète et de nos peuples.”

Informations contextuelles

Le Groupe des Pays les Moins Avancés est composé de 46 pays d’Afrique, d’Asie-Pacifique et des Caraïbes, comptant plus d’un milliard d’habitants. Extrêmement vulnérables aux chocs environnementaux et économiques, et touchés de manière disproportionnée par la crise climatique, ces pays négocient ensemble en tant que bloc lors des négociations des Nations unies sur le climat afin de faire avancer leurs intérêts communs en faveur d’une réponse mondiale juste et ambitieuse au changement climatique.

Madeleine Diouf Sarr est l’actuelle Présidente du Groupe des Pays les Moins Avancés et dirige la Division du Changement Climatique au sein du Ministère de l’Environnement, du Développement Durable et de la Transition écologique  du Sénégal.

La Conférence de Bonn sur le changement climatique est une réunion des parties à la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques) qui se tiendra à Bonn, en Allemagne, du 5 au 15 juin 2023. Il s’agira de la 58e réunion des organes subsidiaires de la CCNUCC ou “SB58”, visant à faire avancer les discussions et les décisions sur la réponse mondiale à la crise climatique.

Le deuxième dialogue de Glasgow se tiendra pendant la conférence de Bonn sur le changement climatique et sera l’occasion de discuter de la manière dont le fonds pour les pertes et préjudices sera mis en œuvre. Le groupe des PMA souhaite que le dialogue de Glasgow aboutisse à un résultat concret susceptible d’informer le Comité transitoire (chargé de formuler des recommandations sur l’opérationnalisation du nouveau fonds en matière de pertes et préjudices en vue de son examen et de son adoption lors de la COP28).

Le troisième et dernier “dialogue technique” du premier Bilan mondial se tiendra également à Bonn. Le Bilan mondial est un processus de deux ans qui a lieu tous les cinq ans pour évaluer les progrès collectifs vers la réalisation de l’objectif de l’Accord de Paris et  ses objectifs à long terme. Mécanisme clé de correction des ambitions de l’Accord de Paris, il est conçu pour informer les futurs engagements nationaux en matière de climat. Après sa phase de collecte d’informations et d’évaluation technique, le premier Bilan mondial se terminera lors de la COP28 aux Émirats arabes unis, les parties examinant ses résultats. Le troisième dialogue technique à Bonn offre une dernière occasion aux parties et aux acteurs concernés de contribuer au processus et d’en façonner les résultats.Le sixième atelier du programme de travail de l’Objectif global d’adaptation, prévu les 4 et 5 juin, constitue une occasion précieuse d’approfondir notre compréhension du cadre de l’Objectif global d’adaptation en offrant un espace pour affiner la définition des priorités, des paramètres, des méthodologies et des indicateurs liés à l’Objectif global d’adaptation, ainsi que pour explorer les moyens d’atteindre les objectifs de l’Objectif global d’adaptation. Le Groupe des PMA espère que cet atelier débouchera sur des résultats fructueux et ouvrira la voie à l’adoption d’un cadre global lors de la COP28.

Filed under: , , , , , , , , , ,

Thank you for your upload